Las Medulas

Las Médulas

:Il y a plusieurs années, lors d’une recherche sur internet, j’étais tombé, par hasard, sur une photo d’un site consacré à las Médulas. Intrigué par l’originalité du site, j’avais cherché à en apprendre davantage et, surtout, à savoir où se trouvait ce lieu. J’avais donc noté ça dans un coin de ma tête pour un futur voyage. A première vue, j’avais pensé, comme beaucoup de gens doivent le penser aussi, que ce paysage disparate provenait de transformations naturelles, ou d’une particularité inexpliquée du sol telle qu’on en trouve par milliers sur notre planète.

                               De nos jours, en quelques clics, il est possible de paraître très cultivé : j’apprends donc que Las Médulas, (région « Castilla y Leon ») site classé en 1997 au patrimoine mondial de l’UNESCO, était, à l’époque romaine, un site d’exploitation de l’or : de nombreuses grottes et galeries témoignent encore de l’intensité du travail des mineurs dont bon nombre ont perdu la vie soit à cause des conditions de travail soit à cause d’éboulements de roches. Dans la bêtise et le désir de puissance l’homme a toujours eu beaucoup d’avance. Peu d’avancées sont possibles sans régression. Le site reste pour ma part authentique, propre et vraiment bien sauvegardé. Je me considère, sans prétention, comme un bon connaisseur de Castilla y León, mais, plus au sud, comme un pôle magnétique, Segovia et sa province ont toujours su attirer toute mon attention et, soit ébloui, soit amoureux, je n’ai jamais était infidèle. Malgré tout, l’été dernier, je craque et je m’autorise un détour qui, je l’espère, me sera pardonné. Ma décision est prise : je vais donc plus à l’ouest que d’habitude et j’arrive en début de soirée dans le village. La nuit commence à tomber, je laisse ma voiture sur le parking à l’entrée du village et je pars faire un tour, pour prendre la température. Malgré l’heure un peu tardive, je m’attendais à voir beaucoup plus de monde, or je ne croise quasiment personne. Las Médulas est un village très petit ; vous quittez assez vite les habitations pour rentrer dans le parc.Je décide de prendre un chemin indiquant « lago sumido » et après une vingtaine de minutes de marche, m’étant éloigné du site, je me retrouve près d’un étang qui offre une vue sur un magnifique coucher de soleil d’un côté et, de l’autre, un panorama sur las Médulas. Finalement, après avoir admiré de tels paysages j’ai, pour ainsi dire, de l’or dans les yeux. Mais les étoiles, jalouses de s’être fait voler la vedette, ne tarderont pas à briller ; alors, je décide de rebrousser chemin jusqu’à la voiture où je passerai la nuit. Pas de réveil, mais étant matinal et mon horloge biologique aussi, d’un accord commun, je me lève à l’aube : c’est une habitude en voyage, pour m’assurer une tranquillité certaine, surtout quand les lieux sont supposés touristiques. (Je n’ai aucun problème avec les touristes, uniquement avec l’homme en général). Je pars donc au cœur de ce parc naturel et j’y reste finalement jusqu’en fin d’après-midi. J’étais venu ici dans le but de découvrir un lieu nouveau afin d’y revenir ultérieurement plus longtemps si le site me plaisait et ça à été un coup de cœur. Je m’attendais à un endroit beaucoup plus touristique ; je ne sais pas si le fait de venir en semaine a joué un rôle mais c’était très calme. Pourtant plusieurs boutiques de souvenirs et des emplacements réservés aux bus témoignent d’une supposée fréquentation touristique, mais rien d’étouffant pour ma part. Le site est gratuit hormis une galerie payante que je n’ai pas visitée. Mais il y a largement de quoi faire sans ça. L’idée de revenir sur deux ou trois jours avec une tente est déjà notée. Les différents points de vue offrent de superbes paysages qui permettent d’ admirer le décor de façon variée, et, pour la pratique de la randonnée, de la course à pieds, ou du vélo, c’est un régal. Une très bonne première surprise dans l’ensemble, dans l’attente d’une nouvelle visite pour découvrir encore mieux le lieu.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.